Choisir son robot culinaire : guide d’achat

Cet article, on me l’a souvent demandé. Je n’ai jamais trouvé l’inspiration pour l’écrire : que dire et comment l’écrire ? Je me suis rendue compte que vous vous sentiez vraiment perdus face à tous ces robots disponibles sur le marché. Suite à mon article « battle » Russell Hobbs vs KitchenAid, je suis restée sur ma lancée pour rédiger cet article. Je vais donc vous présenter les robots multifonctions et les robots pâtissiers et vous aider (je l’espère) dans vos choix.

Edit : Je vous invite également à lire mon article sur le test du Thermomix TM31 que j’ai pu prendre en main. Pour y accéder, cliquez-ici. Présentation du robot, mise à l’épreuve en cuisine, conclusion, tableau récapitulatif des points positifs et négatifs… vous allez tout savoir de lui !

Edit 2 : Un nouveau robot est passé sous mes tests, il s’agit du Magimix Pâtissier Multifonction. Cliquez ici pour le découvrir.

Edit 3 : Vous trouverez dorénavant le test du robot pâtissier Amicook KR200 en cliquant ici.

Les types de robots

Sur le marché on peut distinguer deux principaux types de robot : le robot pâtissier (robot sur socle ou robot à bras) et le robot multifonction. Ces deux robots sont complémentaires et ne proposent pas les mêmes fonctionnalités.

Le robot pâtissier se présente sous la forme d’un grand bol qui se fixe sur un socle muni d’un bras plongeant. C’est l’allié idéal des apprentis boulangers et pâtissiers.

Le robot multifonction se présente sous la forme d’une cuve qui vient se fixer sur une base motorisée. C’est un peu le couteau suisse de la cuisine puisqu’il est vendu avec de nombreux accessoires pour hacher, râper, mixer, moudre, fouetter, trancher, presser, centrifuger.

Le robot pâtissier (ou robot sur socle)

Les accessoires de base

Ces robots proposent trois accessoires de base : le fouet, la feuille et le crochet. Certains modèles proposent également un bol blender.

Le crochet permet de pétrir pâtes à pizza, pâtes à pain et pâtes à viennoiserie. C’est l’ustensile idéal pour la boulange.

La feuille va vous être utile pour réaliser les pâtes à gâteaux (cookies, cakes, muffins…) , pour sabler (crumble, pâte sablée…), pour faire de la pâte à chou, réaliser des glaçages…

Quant au fouet, il permet bien sûr de monter des blancs en neige, de monter de la crème en chantilly. Bref, il sert à fouetter !

L’encombrement

Ces robots restent encombrants sur un plan de travail. Certains modèles sont plus petits et moins larges que d’autres. C’est le genre de robot que l’on fait trôner fièrement sur son plan de travail !

Sachez que vous pouvez dissimuler les accessoires de base facilement dans le bol du robot. Vous les avez toujours sous la main.

Les accessoires supplémentaires

Il est possible d’acheter des accessoires supplémentaires qui viendront étendre les fonctionnalités du robot pour le rendre plus polyvalent. Selon les marques, le nombre d’accessoires varie. Les plus courants sont le hachoir à viande, l’entonnoir à saucisse, la machine à pâtes et les différentes râpes. On peut aussi ajouter la sorbetière, le presse agrume, la centrifugeuse…

Mais attention, ces accessoires sont onéreux et coûtent aussi chers, voire plus chers, que les produits achetés séparément. Ce robot pâtissier peut vite devenir un (très) lourd investissement.

Le mouvement planétaire

Le mouvement planétaire est le mouvement de référence de ces robots sur socle. L’accessoire du kit pâtissier tourne sur lui-même tout en suivant les parois du bol. Toute la surface du bol est ainsi traitée par les différents accessoires. Mais, cela n’empêche pas de devoir parfois arrêter le robot pour remettre les ingrédients de la paroi au centre pour une préparation vraiment homogène.

La contenance du bol et sa matière

Selon les modèles, la capacité du bol varie de 3,5 L à 7 L environ. Il est important de bien choisir sa capacité. Pour une cuisine familiale, un bol d’environ 5 L est l’idéal. Au delà, c’est pour une cuisine plus professionnelle.

Les bols sont généralement en inox ou en verre. Préférez l’inox, incassable et facile à nettoyer.

Le moteur et sa puissance

On a tendance à penser que plus un robot est puissant, plus il est performant. Mais ce n’est pas aussi simple. Il ne faut pas vous fier à la puissance du moteur d’un robot pâtissier, quelle que soit la marque. Il faut prendre en compte deux caractéristiques essentielles : le type de moteur et le nombre de sorties.

L’emplacement du bloc moteur est très important. Il peut se situer au niveau du bras (la partie qui se soulève), on parle de moteur à transmission directe, ou dans la base du robot. On parle alors de moteur à courroies

Quelle différence ? Le moteur à transmission directe est, comme son nom l’indique, directement relié à l’accessoire. Toute la puissance du moteur est donc utilisé à son maximum. Un moteur de 300 W offrira 300 W de puissance. Pour les moteurs situés à la base du robot, la courroie qui entraîne le moteur et les accessoires crée une déperdition d’énergie – entre 10 et 20 % de perte. À efficacité égale, la puissance moteur nécessaire sera donc plus importante pour ce type de robot.

Deuxième caractéristique : le nombre de sorties. Un robot sur socle possède de 1 à 4 sorties selon les modèles. Lorsque vous mettez en marche le robot, son moteur fait fonctionner simultanément toutes les sorties. Il faut donc beaucoup plus de puissance pour tout faire fonctionner  tout en gardant une bonne puissance pour chacune d’elle. Cela divise la puissance du moteur par le nombre de sortie.

Pour conclure, un robot indiquant une puissance de 400 W avec une seule sortie peut être équivalent à un  robot de 4 sorties indiquant une puissance de 1600 W.

Les vitesses et le sélecteur

Faites attention au nombre de vitesses et à la vitesse maximale : le nombre de vitesses ne correspond pas toujours à la vitesse maximale.

Par exemple, sur le robot kitchenAid, la vitesse maximale est de 10, mais vous ne pouvez sélectionner que 6 vitesses : 1, 2, 4, 6, 8 et 10. Cependant, dans les fiches techniques du modèle, il est précisé que le robot possède 10 vitesses, ce qui est faux. Sur d’autres modèles, la vitesse sera bien au nombre de 10, allant de 1 à 10.

Selon les modèles, le nombre de vitesse varie de 4 à 10.

Quant au sélecteur, il se présente sous forme d’une molette, d’un bouton ou d’un levier cranté.

Le prix

Il y en a pour tous les budgets, de 100 € à 1000 €. Ces différences de prix sont fonction de l’image de la marque, des fonctionnalités proposées, de la matière du corps et de la solidité du robot et de son moteur.

Mon utilisation de ce robot

Je possède depuis 3-4 ans un robot KitchenAid. Pour tout vous dire, lorsque je l’ai eu en cadeau, je me suis demandée si j’allais vraiment en avoir besoin, s’il n’allait pas être un achat impulsif. Finalement, c’est loin d’être le cas.

Je l’utilise essentiellement pour faire mon pain au quotidien (2 à 3 fois par semaine), et monter ma crème en chantilly. Je l’utilise assez rarement pour mes pâtes à gâteaux. La feuille me sert essentiellement dans la confection de la pâte à chou car il incorpore les œufs facilement (vous ne galérez jamais à amalgamer l’œuf à la pâte ?), et dans la réalisation de mes pâtes à tartes (sablées et brisées), ainsi que pour les biscuits secs.

C’est également un excellent outil pour la meringue italienne : pendant qu’il monte les blancs, vous pouvez vous occuper de la cuisson du sucre et le verser en un filet fin.

Le robot multifonction

Les accessoires de base

Comme je l’ai écrit au début de cet article, le robot multifonction est le couteau suisse de la cuisine. Il est fourni avec de nombreux accessoires qui diffèrent selon les marques et les modèles. Il faut donc que vous consultiez la liste des accessoires pour connaitre ses possibilités.

Les robots les plus simples (et les moins chers) sont fournis de base avec un jeu de râpes et et de trancheuses, un jeu de fouets et un couteau hachoir.

Pour les robot les plus complets, on vient ajouter à la liste un grand blender, un petit blender, un mini bol et son  hachoir, un mélangeur, un presse-agrume, une centrifugeuse.

L’encombrement

Ces robots multifonction ne sont pas très encombrants sur un plan de travail. Ceci dit, il ne faut pas oublier qu’il faut ranger les accessoires fournis. Certaines marques proposent un système de rangement qui permet de mettre une partie, seulement, des accessoires dans un bol plastique à poser dans le robot. Personnellement, je ne trouve pas ça esthétique et pas très pratique car il faut retirer le bol dès que vous souhaitez l’utiliser. D’autre part, il n’est pas non plus évident de bien placer les accessoires dans ce bol. On oublie donc ce système très vite !

La contenance du bol et sa matière

La capacité du bol va être un facteur déterminant dans votre choix. Les plus petits robot font 1 L et les plus grands 4 L, il ne faut donc pas se tromper.

Sachez que les grands robots sont généralement vendus avec un petit bol (voir 2 bols supplémentaires) pour vos petites préparations. Il est certain qu’avec un robot d’une grande capacité, vous pourrez couvrir toutes vos envies culinaires. Demandez-vous également comment vous allez vous en servir : au quotidien (dans ce cas, combien êtes-vous dans votre famille ?) ou lorsque vous allez inviter (un modèle familial sera peut-être plus approprié) ? Je pense que les petits robots sont adaptés aux personnes seules ou aux couples qui ne cuisinent pas beaucoup.

Les bols sont en plastique, mais tous les plastiques ne sont pas de même qualité. Si vous rencontrez les termes « plastique ABS », sachez qu’il s’agit d’un plastique qui ne casse pas, ne se fissure pas, ne raye pas et ne craint pas les chocs thermiques. En général, les plastiques de ces bols contiennent du Bisphénol A, certaines marques proposent des modèles sans, comme le KitchenAid Robot ménager Artisan.

Les blenders peuvent être en plastique ou en verre. Les blender en verre ont ma préférence mais il faut faire très attention aux chocs thermiques. J’ai déjà cassé le mien ainsi (heureusement, on trouve facilement les pièces de rechange !). J’ai vu qu’il existait sur certains modèles des blenders en verre borosilicate qui supporte les écarts de températures.

La cheminée

La grandeur de la cheminée fait également partie des critères de choix, à mon avis. Pensez que cette cheminée sert à faire passer vos légumes pour les râper et les tranches. S’il faut que vous découpiez vos légumes parce qu’ils sont trop gros, c’est dommage.

Mon conseil : choisissez une cheminée large si vous comptez utiliser souvent le kit râpes / trancheuses.

Le moteur et sa puissance

La puissance des différents robots du marché vont de 300 W à plus de 1000 W. Cette différence se justifie selon plusieurs critères : la taille du robot, les accessoires proposés, et le type de moteur.

On trouve deux types de moteurs : normal et asynchrone.

Les moteurs asynchrones sont très robustes. Ils sont par ailleurs plus silencieux qu’un moteur classique et adaptent leur vitesse selon l’accessoire utilisé et la densité de la préparation. Pour éviter les éclaboussures, le démarrage se fait progressivement. Les modèles avec moteur asynchrone ne proposent qu’une seule vitesse.

Les vitesses et le sélecteur

Le sélecteur est dans 99% des cas une molette que l’on tourne pour augmenter la vitesse. Il présente aussi la fonction pulse. Selon les modèles, le nombre de vitesse varie de 2 à 8.

Il existe aussi des robots à une vitesse, comme je l’ai dis juste avant, avec les robots à moteur asynchrone.

Le prix

L’écart entre le robot le moins cher et le robot le plus cher est énorme : de 30 € à 600 €. Vous vous doutez bien qu’un robot à 30 € ne propose pas les mêmes fonctionnalités que le robot à 600 €. Comptez entre 200 – 300 € pour un robot de très bonne qualité avec une large palette d’accessoires.

Mon utilisation de ce robot

Je possède depuis 5-6 ans un Kenwood multipro qui présente tous les accessoires que j’ai énumérés plus haut. Cependant, je n’en utilise même pas la moitié. La centrifugeuse m’a servi au début mais elle n’est pas très performante et se nettoie difficilement. Le presse-agrume me sert occasionnellement mais son bruit me rebute à l’utiliser le matin pour un jus d’orange bien frais.

Quant aux râpes et à la trancheuse, je ne les utilises qu’exceptionnellement pour râper de grandes quantités, autrement j’utilise ma râpe manuelle.

Au final, je me sers principalement du grand blender, du petit blender (pour réduire en poudre, faire des sauces, des coulis en petites quantités) et la cuve pour hacher mes viandes ou réduire en purée des légumes.

Et pour monter mes blancs en neige ? Je préfère de loin sortir mon petit fouet électrique car il est difficile de monter des petites quantités de blancs en neige avec la grande cuve du robot.

Quid du robot qui cuit ?

Il existe aujourd’hui des nouveaux robots sur socle qui cuisent. Ils permettent de réchauffer, mijoter, bouillir, faire un bain-marie. Que penser de cette innovation ? Ma réponse est simple : aucun intérêt, ce n’est que du marketing. Il faut toujours que les marques inventent des concepts innovants pour créer un faux besoin chez le consommateur. Rien ne vaut un bon mijotage dans une cocotte en fonte. Est-ce si long de sortir une casserole et d’y mettre de l’eau pour faire un bain-marie ?

Les prix sont par ailleurs exorbitants pour un concept que vous pouvez déjà exécuter avec votre plaque de cuisson. Comptez 1300 € pour le Kenwood Cooking chef !

Comment faire votre choix ?

Pour choisir votre robot, il faut que vous vous posiez les bonnes questions et c’est ce que je vais essayer de faire pour vous.

Pourquoi ? Un robot multifonction et un robot sur socle (de base) ne proposent pas les mêmes fonctionnalités. Ils sont très complémentaires finalement. Demandez-vous pourquoi vous souhaitez acheter un robot ? Quel type de préparation comptez-vous faire ?

Un robot sur socle est largement réservé à la boulange et à la pâtisserie, tandis qu’un robot multifonction va plutôt être réservé aux préparations du quotidien (hacher de la viande, râper et trancher des légumes, faire des soupes, coulis, smoothies, réduire en poudre des fruits secs, monter des blancs en neige…).

Combien ? Délimitez votre budget. Cela va déjà vous permettre d’exclure tous les robots que vous ne pouvez pas vous offrir. Les robots multifonctions sont plus abordables que les robots sur socle. Réfléchissez également à l’utilisation que vous allez en faire : quotidienne ou occasionnelle ? Et dans quel but ?  Prenons un exemple : vous souhaitez acquérir un robot sur socle pour faire essentiellement de la boulange. Il vous faudra donc un robot plutôt solide avec un bon moteur qui supporte l’effort. Par contre, si vous souhaitez acquérir un robot sur socle pour monter des chantilly ou faire des pâtes à gâteaux, le moteur du robot sera moins mis à l’épreuve et vous pourrez vous contenter d’un robot moins cher.

Quelle marque ? Je ne vais pas vous conseiller telle ou telle marque. J’aurai tendance à vous conseiller de partir sur des marques connues et dont la réputation n’est plus à faire. N’hésitez surtout pas à faire des recherches sur Internet pour connaitre un peu les avis sur le robot qui vous intéresse.

Conclusion

J’espère que cet article vous aura permis d’y voir un peu plus clair sur ce qui se fait actuellement sur le marché. Que ce soit pour le robot multifonction ou le robot pâtissier, l’un comme l’autre ne sont pas indispensables et ne sont qu’une aide culinaire pour vous faire gagner du temps.

Il n’est pas toujours simple de faire la part des choses entre vos besoins réels et votre rêve d’acquérir LE robot. Notez au fur et à mesure que vous cuisinez, à quel moment un robot vous aurait servi et pour quel usage. Faites une liste et voyez s’il n’est pas plus intéressant financièrement d’acheter des robots à fonctionnalité unique souvent bien plus abordables. Comptez une cinquantaine d’euros pour un bon blender et entre 30 et 50 € pour un petit hachoir.