Osso bucco

Posté .

osso-bucco5

L’osso bucco est un plat typique milanais. On utilise pour cette recettes des tranches de jarrets de veau que l’on cuisine braisées avec des tomates, des carottes, du vin blanc, des oignons. Au moment de servir, on ajoute par-dessus un mélange de persil, ail et zestes d’orange.

Chaque famille fait un peu à sa sauce. Ma maman n’y met pas d’orange, ni de persil par exemple. D’autres y mettent du poireau. Moi, j’ai ajouté à ma sauce le jus d’une orange pour parfumer encore plus ce plat.

Servez ce plat avec des tagliatelles, c’est comme ça que j’aime le manger.

Muffins au chocolat et piment d’Espelette

Posté .

muffins-chocolat-piment-espelette5

C’est sur la base de mes muffins tout chocolat que j’ai réalisé cette petite variante. Le piment d’Espelette doit vous paraître assez surprenant. Il apporte de la chaleur en bouche, un léger piquant qui se marie délicieusement au chocolat. On connait le mélange chocolat/fleur de sel, maintenant il y a le mélange chocolat / piment d’Espelette.

Est-ce que vous connaissiez ?

Pain sans pétrissage

Posté .

pain-sans-petrissage10

Le pain sans pétrissage de Jim Lahey (un boulanger New-Yorkais) a beaucoup fait parler de lui sur la blogosphère.

On trouve différentes variantes de cette recette. Les proportions eau / farine ne sont pas toujours les mêmes, on peut trouver du lait aussi. Par contre, la recette est faite avec de la farine T45 et je trouve ça dommage car le pain est meilleur avec une farine T65 (d’un autre côté, si vous n’arrivez pas à trouver cette farine, la T45 sera une très bonne alternative du coup).

Je suis partie avec les 4 ingrédients de base du pain que j’utilise au quotidien, à savoir la farine T65, l’eau, le sel et la levure de boulanger déshydratée.

Ce qui diffère de la recette classique du pain maison, c’est la proportion eau / farine. Pour un pain traditionnel, on met 30 cl d’eau pour 500 g de farine. La pâte forme une boule qui se pétrit.

Dans la recette du pain sans pétrissage, on met 30 cl d’eau pour 375 g de farine. La pâte est beaucoup plus collante et ne se pétrit pas. Il faut simplement la mélanger avec une spatule.

La suite de la recette se fait comme un pain classique : une pousse de 2-3 heures, le façonnage (plus délicat car la pâte est très humide), le grignage et la cuisson.

Le résultat est épatant : la mie est légère et alvéolée, la croûte bien dorée et surtout fine comme celle des baguettes. Une recette à garder sous le coude !