Esquimaux cheesecake yuzu – myrtilles

Posté .

esquimaux-cheesecake5

Les esquimaux glacés, c’est vraiment la façon la plus simple et la plus rapide de faire ses glaces maison. J’avais un pot de Philadelphia qui était là dans mon réfrigérateur et qui me suppliait de l’utiliser. ;-) Qui dit Philadelphia, dit cheesecake mais pas le temps de me lancer dans une telle préparation. C’est alors que j’ai sorti ma carte « Esquimaux » ! Le résultat était trop bon avec le yuzu (souvenez-vous, je me suis fait offert de la purée de yuzu par Monin) et les myrtilles !

Et pour que ces bâtonnets glacés rappellent vraiment le cheesecake, j’ai mis des biscuits concassés.

Glace au chèvre frais,citron vert et miel

Posté .

glace-chevre2

Aussi étonnant que ça puisse paraître le chèvre frais sait se faire gourmand dans une glace. Cette glace au chèvre est délicieuse et fraîche lorsque ce fromage est associé au citron vert et au miel. On peut aussi mettre du coulis de fruit rouge, ça passe très bien. Le goût n’est pas fort et il est un peu plus atténué grâce à la ricotta.

Si la recette du gâteau au chocolat de la photo vous intéresse, il s’agit de cette recette (cuit cette fois-ci dans un moule à manqué en doublant les quantités).

Banana split

Posté .

banana-split

Il faut que je vous dise. Lorsque j’improvise un banana split (ce n’est pas un dessert que je prévois de faire), je le fais de façon très simple : banane / chocolat fondu / glace vanille. C’est le ptit dessert du dimanche midi.

J’ai toujours mangé ce dessert ainsi mais en fait, c’est un dessert plus riche que ça. On y met 3 parfums de glace : chocolat, fruits rouges, vanille. J’ai détendu mon chocolat fondu avec du lait de noisettes pour éviter qu’il ne durcisse au contact de la glace. Je suis désolée d’avance, je n’ai pas noté les dosages, j’ai fait à l’oeil. J’ai ajouté quelques noisettes concassées et voilà un dessert bien généreux et encore plus gourmand !

Omelettes norvégiennes individuelles

Posté .

omelettes-norvegiennes8

Vous allez sûrement vous dire pourquoi je n’ai pas inclus cette recette d’omelette norvégienne dans ma semaine spéciale « Noël scandinave ». Tout simplement parce que l’omelette norvégienne n’est en rien une recette norvégienne, ni scandinave en général, mais bien française !

Pour la petite histoire, il faut remonter en 1867, lors de l’Exposition Universelle de Paris consacrée à la fée électricité (peinture de Raoul Dufy). À l’occasion d’un dîner au grand Hôtel, le chef Balzac décide de créer un dessert en hommage à la thématique de l’expo. Il se penche alors sur les expériences du Comte Benjamin Thompson Rumford, un physicien vivant en Bavière (que Balzac situait en Norvège… vous commencez déjà à comprendre l’histoire.). Parmi les expériences du Comte, Balzac s’arrête sur ses recherches sur la chaleur et découvre ainsi que le blanc d’oeuf monté en neige est un mauvais conducteur de chaleur. C’est alors qu’il créa l’omelette norvégienne !

L’omelette norvégienne se compose d’une génoise, imbibée ou non d’un alcool, de glace et d’une meringue qui la recouvre complètement. L’omelette est passé sous le gril du four pour dorer la meringue et présenter un contraste chaud-froid des plus gourmands !

Ma version se présente individuelle, avec un double parfum de glace (vanille et pâte à tartiner), de pralin et d’un biscuit roulé très moelleux. La meringue employée est, ici, une meringue Suisse. Ce qui est vraiment sympa avec cette recette, c’est qu’on peut tout faire à l’avance et passer au four au dernier moment.